Skip to main content
Environnement & climat

Un pionnier de la politique climatique

L’Allemagne est un précurseur de la protection du climat à l’international et un pionnier des énergies renouvelables.
Weltkugel in Händen
© Getty Images

Le XXIe siècle est « le siècle de l’environnement ». Cela signifie que les prochaines décennies décideront de l’ampleur des changements dans les conditions de vie naturelles des générations futures. Le grand danger est surtout l’accélération du changement climatique. L’hiver 2019/2020 a été le second plus chaud en Allemagne depuis le début des relevés météorologiques en 1881. Selon le Service météorologique allemand, les saisons aux écarts significatifs sont toujours plus fréquentes. Le réchauffement de la planète a pour le moins renforcé cette évolution.

La protection de l’environnement et du climat a depuis longtemps une grande importance en Allemagne. Le mouvement mondial « Fridays for Future », surtout le fait d’activistes pour le climat majoritairement jeunes, a encore renforcé une prise de conscience sur la protection des fondements naturels du vivant.

Production d’électricité en Allemagne en 2019 (production brute en %)

Source : Destatis

La sortie du nucléaire

La transformation du secteur énergétique, baptisée transition énergétique, fait sortir de l’énergie fossile et nucléaire une Allemagne qui a beaucoup progressé sur la voie d’un avenir énergétique durable. Le renoncement progressif au nucléaire jusqu’en 2022 en fait partie. L’Allemagne est en outre l’un des rares pays qui s’est engagé à sortir, outre du nucléaire, de la production énergétique à base de charbon. Celle-ci est l’une des plus grandes sources d’émissions de CO2, nocives pour le climat. La Commission pour la croissance, la mutation structurelle et l’emploi, mise en place par le gouvernement fédéral, recommande de sortir de la production énergétique à base de charbon d’ici à 2038.

D’ici à 2030, l’Allemagne veut aussi réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 55 % par rapport à 1990, d’au moins 70 % d’ici à 2040 et de 80 à 95 % d’ici à 2050. En novembre 2016, l’Allemagne a été l’un des premiers pays dans le monde à définir des principes et des objectifs de politique climatique avec un Plan de protection du climat 2050. Avec le Plan de protection du climat adopté en 2019/2020, le gouvernement fédéral fait de la protection du climat un objectif contraignant pour tous les domaines. La loi fixe des objectifs d’économie et de limitation des émissions pour les transports, l’industrie, les bâtiments et l’agriculture. Une réduction de 30,8 % des émissions de gaz à effet de serre a déjà été atteinte en 2018.

Le gouvernement fédéral œuvre activement à la protection de l’environnement, à la coo­pération sur les questions d’énergie et à un développement ménageant le climat dans un cadre global. L’Allemagne soutient l’objectif de l’Accord de Paris sur la protection du climat conclu en 2015, visant à limiter le réchauf­fement de la Terre à 2°C et, si possible, à 1,5°C. Une neutralité en matière de gaz à effet de serre doit être atteinte dans la seconde moitié du siècle au plus tard. Une réduction de 80 à 95 % des émissions de dioxyde de carbone est pour cela nécessaire dans les pays industrialisés. La « décarbonisation » complète doit être atteinte dans le courant du siècle. Le Secrétariat de l’ONU chargé de l’application de la Convention-Cadre a son siège à Bonn.

L’Allemagne soutient le « pacte vert pour l’Europe » de la Commission européenne. Il prévoit la neutralité climatique de l’Union européenne d’ici à 2050. Une loi européenne de protection du climat doit rendre cet objectif contraignant. Pour parvenir à cette neutralité, les émissions de CO2 devront être sensiblement réduites dans tous les secteurs économiques concernés.

Dioxyde de carbone émis en Allemagne

(en millions de tonnes) Source: IEA

La protection de l’environnement, un objectif national

Un environnement intact – un air pur, des eaux propres, une nature diversifiée – est nécessaire à la qualité de la vie. La protection de l’environnement est ancrée dans la Loi fondamentale depuis 1994. Pour la qualité de l’air et des eaux, les indicateurs montrent une amélioration sensible depuis des années. Les émissions de dioxyde de souffre et d’oxyde d’azote ont fortement re­culé, en raison entre autres du relèvement des limites d’émission. Certaines villes ont également imposé des interdictions de circulation pour les véhicules anciens circulant au diesel dans certaines rues ou sur l’ensemble de la commune. Mais la baisse des substances nocives reste encore insuffisante. La consommation d’eau potable par habitant à, elle, sensiblement baissé, passant de plus de 140 litres à quelque 120 litres par jour.

L’Allemagne soutient aussi l’initiative de l’Union européenne pour arrêter la perte de la diversité naturelle. Dans sa stratégie pour la biodiversité jusqu’en 2030, l’UE détermine de nouveaux standards pour l’industrie, le commerce et l’agriculture. Ils doivent permettre de freiner l’appauvrissement de la biodiversité et représenter la base d’accords internationaux. Cette stratégie prolonge la stratégie pour la biodiversité jusqu’en 2020 dont le bilan à mi-parcours constate que la réduction de la diversité des espèces se poursuit, à l’image des tendances mondiales. L’Allemagne estime comme l’UE qu’il y a ici un urgent besoin d’agir.   

La stratégie de l’Allemagne tend à concilier la croissance économique et la protection de l’environnement pour parvenir à une économie durable. Outre l’extension des énergies renouvelables, l’augmentation du rendement énergétique et une utilisation raisonnée des matières premières renouvelables y contribuent largement. Cette stratégie offre l’avantage de diminuer la pollution de l’environnement tout en créant de nouveaux segments d’activité sources d’emplois.