Infos de fond

Commission européenne

La Commission européenne, qui siège à Bruxelles, est un organe supranational politiquement indépendant qui incarne et défend l’intérêt général de l’Union européenne. La Commission européenne a un droit de proposition (droit d’initiative) pour tous les actes législatifs communautaires ; en sa qualité de gardienne des traités, elle veille au respect du droit communautaire et dispose de compétences exécutives, par exemple en matière budgétaire ou de législation antitrust. Elle représente enfin les intérêts communautaires à l’extérieur. La Commission est dirigée par le président de la Commission, une fonction qu’occupe le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker depuis 2014. Chaque pays est actuellement re­pré­senté par un commissaire européen.

ec.europa.eu

Conseil de l’Union européenne

Souvent appelé Conseil des ministres, c’est l’organe législatif le plus important de l’UE. Chaque pays y envoie un ministre de tutelle. Le conseil et le Parlement européen se partagent les compétences législatives et la responsabilité du budget européen. La présidence du Conseil de l’UE change tous les six mois.

Conseil européen

Le Conseil européen définit la politique générale de l’UE. Sous l’égide du président, il réunit au moins deux fois par an les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres, le président de la Commission et le Haut Représentant des affaires étrangères et de la politique de sécurité.

Droits de l’homme

Le respect et l’extension des droits de l’homme dans le monde est l’une des priorités de la po­litique du gouvernement fédéral allemand. Avec ses partenaires au sein de l’UE, il œuvre systématiquement au respect et au développement de standards en matière de droits de l’homme dans le monde. Il le fait en étroite coopération avec les institutions de l’ONU, notamment avec le bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme à Genève. La politique allemande des droits de l’homme représente un engagement très concret : elle veut protéger les individus d’une violation de leurs droits et de leurs libertés fondamentales et créer des conditions ôtant toutes chances à l’arbitraire, à l’exploitation et à l’oppression. Cet idéal découle de la Loi fondamentale : dans son article 1, celle-ci décrit les droits de l’homme comme le fondement de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde.

auswaertiges-amt.de/menschenrechte

Euro

L’euro est la monnaie de l’Union monétaire européenne et, derrière le dollar, la deuxième plus grande devise au sein du système monétaire international. La responsabilité de la politique monétaire est confiée à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort-sur-le-Main ainsi qu’aux banques nationales. L’euro est aujourd’hui la monnaie officielle de 19 des 28 pays européens. Après avoir été, à partir de 1999, la monnaie comptable de la « zone euro » (dont l’Allemagne fait partie), l’euro a été introduit en espèces dans cette zone le 1er janvier 2002.

ecb.europa.eu

Intégration européenne

L’intégration européenne est l’une des grandes aspirations de la politique étrangère allemande. La Loi fondamentale définit déjà la participation de la République fédérale à une Europe unie. Depuis l’adhésion de la Croatie en juillet 2013, l’UE compte 28 pays membres.

bpb.de

europa.eu

Le FMI

La principale mission du Fonds monétaire international (FMI), qui siège à Washington, est de veiller à la stabilité macro-économique des 188 pays membres. Avec une quote-part de quelque 6 %, l’Allemagne est l’un des plus grands détenteurs de parts du capital du Fonds monétaire international et participe largement aux décisions de cet organisme avec un directeur exécutif allemand.

imf.org

Les Nations unies

Les Nations unies (ONU) sont le fondement et la clé de voûte du système international. L’Allemagne est favorable à une réforme de l’ONU pour l’adapter aux réalités politiques actuelles. L’Allemagne, le 3e contributeur au budget de l’ONU, est depuis 1996 le siège de plusieurs organismes onusiens : Bonn accueille entre autres le secrétariat de la Convention des Nations unies sur les Changements Climatiques.

un.org

L’OMC

L’Organisation mondiale du commerce (OMC), fondée en 1995, a pour fonctions l’administration des accords sur le commerce international et la définition du cadre des négociations sur la libéralisation du commerce mondial. L’Allemagne oeuvre à un meilleur accès des pays en développement au marché mondial lors des différents cycles de négociation. L’OMC a son siège à Genève, en Suisse.
wto.org

L’OTAN

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a été fondée en 1949. Aujourd’hui, 29 pays appartiennent à cette organisation de défense ; l’Allemagne est membre de l’OTAN depuis 1955. La Bundeswehr participe à la mission au Kosovo mandatée par l’OTAN et à l’opération « Resolute Support » menée par l’OTAN en Afghanistan. Le siège de l’OTAN se trouve à Bruxelles, la capitale de la
nato.int

 

L’Union européenne

En 1957, l’Allemagne faisait partie des six pays fondateurs de l’UE actuelle. Celle-ci se compose de 28 membres depuis 2013 et l’euro est la monnaie officielle de 19 pays. En raison de sa taille et de ses performances économiques, la contribution de l’Allemagne au budget européen se situe à quelque 20 %. Günther Oettinger (CDU), l’ancien ministre-président du Bade-Wurtemberg, est chargé de la politique numérique au sein de la Commission européenne.

bpb.de

europa.eu

OSCE

Avec 57 pays membres, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est un forum de coopération pour l’ensemble du continent européen. Les missions de l’OSCE ont un caractère opérationnel, notamment pour la prévention et la résolution des conflits. La contribution de l’Allemagne est importante, tant sur le plan humain que financier. Le secrétariat général de l’OSCE se trouve à Vienne en Autriche.

osce.org

Parlement européen

Le Parlement européen est l’organe parlementaire des Communautés européennes. Il se compose actuellement de 751 députés élus directement et pour cinq ans par la population des 28 pays membres. Chaque pays occupe un certain nombre de sièges au prorata de sa population. L’Allemagne, le plus peuplé des pays européens, y envoie actuellement 99 députés. Le Parlement détient des compétences en matière législative, budgétaire et de contrôle mais ne dispose pas de droit d’initiative en matière de législation. Le Parlement siège à Strasbourg mais travaille aussi à Bruxelles et à Luxembourg.

europarl.europa.eu

Politique de développement

La politique de développement allemande, une composante de la politique structurelle globale en faveur de la paix, veut contribuer à l’amélioration des conditions de vie dans les pays partenaires. En étroite coopération avec la communauté internationale, le gouvernement fédéral s’engage en faveur de la lutte contre la pauvreté, de la paix et de la démocratie, pour une gestion équitable de la mondialisation et pour la préservation de l’environnement. Ses grands axes sont le soutien à une bonne gouvernance, à l’autonomie et au développement des forces vives dans les pays partenaires. Le ministère fédéral du Développement et de la Coopération économique (BMZ) élabore les concepts et les grandes lignes de la politique allemande en la matière. L’Allemagne est le troisième bailleur de fonds derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

bmz.de

Traité de Lisbonne

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE ont signé en décembre 2007 à Lisbonne le traité modificatif de l’Union européenne qui, après ratification, est entré en vigueur en décembre 2009 dans tous les pays membres. Le traité donne une nouvelle base contractuelle à l’UE pour la rendre plus démocratique, plus transparente et plus efficace. Ainsi, un président du Conseil européen est désormais responsable de la continuité de l’action de l’Union. Un Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité est responsable des relations extérieures de la Communauté. La prise de décision est facilitée par le fait que l’unanimité obligatoire disparaît dans bien des cas. Les décisions prises à la majorité qualifiée ont été étendues à plusieurs douzaines de nouveaux domaines. Depuis 2014, la « double majorité » est de rigueur pour les décisions du Conseil. Cela signifie que les décisions européennes prises en conseil des ministres exigent une majorité de 55 % des Etats, qui doivent représenter 65 % de la population européenne. La présidence tournante des conseils des ministres est conservée sous forme d’une équipe présidentielle composée de trois pays membres en poste pour 18 mois. Au Parlement européen, le nombre de députés est limité à 751 depuis 2014. Chaque pays membre y envoie 6 députés au minimum et 96 députés au maximum. Le traité modificatif renforce aussi la démocratie et la protection des droits fondamentaux en étendant le rôle du Parlement européen, en associant les Parlements nationaux au processus législatif européen, et avec une Charte des droits fondamentaux juridiquement contraignante (avec des exceptions pour la Grande-Bretagne et la Pologne).