Un paysage universitaire dynamique

2,7 millions d’étudiants sont inscrits dans les quelque 400 établissements supérieurs allemands
2,7 millions d’étudiants sont inscrits dans les quelque 400 établissements supérieurs allemands impress picture/ullsteinbild
L’Allemagne est le pays non-anglophone le plus apprécié des étudiants internationaux. Le paysage universitaire est excellent et diversifié, et pas seulement dans les grandes villes.

Le paysage universitaire allemand est particulièrement diversifié. Il possède des universités renommées dans des métropoles comme Berlin et Munich mais aussi d’excellents établissements supérieurs à Aix-La-Chapelle, Heidelberg ou Karlsruhe. Les universités de taille moyenne faisant une belle recherche et les universités plus petites au rayonnement étonnant forment le cœur du monde universitaire. Dans les classements internationaux comme le Shanghai-Ranking, les QS World University Rankings ou les Times Higher Education World University Rankings, entre douze et vingt universités allemandes sont régulièrement classées dans le Top 200. L’université technique de Munich, l’université Ludwig Maximilian à Munich et l’université de Heidelberg sont particulièrement bien placées.

dpa/Rainer Jensen

En 2017, selon les indications de la Conférence des recteurs d’université (HRK), les étudiants pouvaient choisir en Allemagne entre 399 établissements supérieurs (120 universités, 221 instituts universitaires technologiques (I.U.T.), 58 écoles supérieures de musique et des beaux-arts). Ensemble, ces établissements proposent 19.011 cursus. A la suite du processus de Bologne, entamé en 1999 pour créer un espace universitaire homogène en Europe, presque tous les cursus sont aujourd’hui adaptés aux diplômes de licence et de master. 240 établissements supérieurs sont financés par l’Etat, 39 par les Eglises et 120 par des fonds privés.

Une popularité croissante chez les étudiants internationaux

Le paysage universitaire allemand se compose de trois types d’établissements se différenciant par leurs structures et leurs missions : l’université, l’I.U.T. et les établissements supérieurs pour les beaux-arts, la musique et le cinéma. Alors que les universités classiques proposent un éventail étendu de disciplines, les universités techniques (TU) se concentrent sur la recherche fondamentale dans les sciences de la nature et de l’ingénieur. Les neuf grandes TU se sont réunies en 2006 au sein de l’Initiative TU9. Les universités ne se conçoivent pas seulement comme des lieux d’enseignement mais aussi comme des sites de recherche, incarnant ainsi l’idéal formulé par Humboldt, associant enseignement et recherche. La grande mission des universités est de promouvoir les jeunes chercheurs, de transmettre des connaissances fondées et de former des scientifiques travaillant de manière autonome. Les 221 I.U.T., orientés sur la pratique, sont une particularité allemande et portent souvent la désignation, habituelle dans l’espace anglophone, d’« University of Applied Sciences ». En Hesse, la première attribution du droit de délivrer des doctorats aux I.U.T., jusque-là réservé aux universités, a provoqué nombre de débats.

L’« académisation » progresse peu à peu. Si le taux d’étudiants de première année se situait encore à 37 % en 2005, ce sont aujourd’hui plus de la moitié des jeunes qui entament des études en Allemagne. La loi fédérale sur le soutien à l’éducation (BAföG) leur permet de faire des études indépendamment de la situation financière de leurs parents. Aujourd’hui, près de la moitié des étudiants sont issus de familles n’ayant pas fait d’études supérieures. Au semestre d’hiver 2017-2017, 2,8 millions d’étudiants étaient inscrits dans les établissements supérieurs (dont 265.000 ayant obtenu le baccalauréat à l’étranger), soit 41 % de plus qu’au semestre d’hiver 2006-2007.

Aujourd’hui, plus de deux fois plus d’étrangers qu’en 1996 fréquentent les universités allemandes. La plupart des étudiants internationaux viennent de Chine, d’Inde et de Russie. L’Allemagne est ainsi le cinquième pays le plus apprécié des étudiants internationaux dans le monde.

Parallèlement, les universités allemandes ont étendu le nombre de leurs cursus internationaux et en langue étrangère : quelque 1.400 cursus donnent leurs cours en anglais et on peut obtenir un double diplôme international dans plus de 730 cursus. Pour les doctorants internationaux, la diversité des offres structurées de doctorat est particulièrement intéressante. L’absence presque générale de droits d’inscription est un autre avantage des universités allemandes.

La Fédération et les Länder répondent conjointement à l’« académisation » croissante. Dans le cadre du Pacte universitaire 2020, ils ont décidé fin 2014 de financer jusqu’à 760.000 places d’études supplémentaires les années suivantes. La Fédération apportera 20,2 milliards d’euros et les Länder 18,3 milliards pendant toute la durée du Pacte universitaire, allant de 2007 à 2023.

Des initiatives pour plus d’excellence et d’internationalisation

Avec l’Initiative pour l’excellence, la Fédération et les Länder ont soutenu entre 2005 et 2017 
les projets et les centres de recherche éminents dans les établissements supérieurs. Dans la seconde phase du programme (2012–2017), 45 centres d’études et de recherche du troisième cycle, 43 pôles d’excellence et 11 concepts d’avenir ont été soutenus dans 39 universités. La Stratégie pour l’excellence qui lui fait suite n’est pas limitée dans le temps et est dotée à partir de 2018 de 533 millions d’euros par an. Elle doit améliorer la position des universités allemandes dans la compétition internationale. Le soutien aux grappes d’excellence renforce les domaines de recherche compétitifs à l’international dans les universités et dans les projets reliés à des universités. Si au moins deux grappes d’excellence sont reconnues dans une même université, celle-ci a une chance d’être durablement soutenue en tant qu’université d’excellence.

L’internationalisation reste un thème im­portant. La Conférence des recteurs d’université recense plus de 33.000 coopérations convenues par des établissements supérieurs avec des organismes universitaires dans 150 pays, dont nombre de programmes conduisant à un double diplôme. Un grand nombre d’établissements supérieurs participent à l’élaboration d’offres d’études allemandes et à la création d’établissements supérieurs sur le modèle allemand en Egypte, en Chine, en Jordanie, au Kazakhstan, en Mongolie, à Oman, à Singapour, en Hongrie, au Vietnam et en Turquie.

La mobilité des étudiants allemands vers l’étranger est également soutenue. Plus d’un tiers des étudiants allemands ont déjà fait un séjour d’études à l’étranger. A l’avenir, un diplômé allemand sur deux devra avoir fait l’expérience de l’étranger pendant ses études. Des programmes de bourses comme Erasmus+ promeuvent ces précieux séjours à l’étranger.

Related content