Gérer l’immigration

En Allemagne, 18,6 millions d’habitants sont issus de l’immigration
En Allemagne, 18,6 millions d’habitants sont issus de l’immigration Fulvio Zanettini/laif
L’Allemagne est devenue un pays d’immigration apprécié, l’intégration est un thème important. 18,6 millions de personnes issues de l’immigration y vivent.

L’Allemagne est passée en tête des destinations des migrants. L’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) constatait en 2017 que l’Allemagne était le pays d’immigration le plus apprécié derrière les Etats-Unis. Aucun autre des 35 pays de l’OCDE n’a connu une hausse aussi importante de l’immigration ces dernières années. En 2015, on connut, avec 2 million de personnes, une immigration plus forte que jamais. Nombre de ces migrants cherchaient un refuge : ce sont surtout les crises et les guerres, par exemple en Syrie et en Irak, qui ont contraint les habitants de ces pays à partir pour trouver refuge ailleurs. En 2016, l’Allemagne enregistrait encore 1,7 million de migrants ; depuis, les chiffres baissent.

dpa/Julian Stratenschulte

Le gouvernement fédéral œuvre à la réduction des causes de ces départs et des migrations irrégulières ainsi qu’à une gestion active et à la régulation des flux migratoires. Le retour des personnes n’ayant pas de perspective de séjour en Allemagne et un soutien à leur réintégration dans les pays d’origine en font partie. En 2016, un total de quelque 10 millions de personnes ayant un passeport étranger vivaient en Allemagne. Et 18,6 millions d’habitants étaient issus de l’immigration. On compte parmi eux les migrants, les étrangers nés en Allemagne et les personnes ayant un parent étranger ou immigré. Ce groupe représente plus de 22 % de la population. 9,6 millions de personnes issues de l’immigration avaient un passeport allemand, dont 42 % avaient la nationalité allemande depuis leur naissance. 33 autres pour-cents étaient des « rapatriés allemands » en provenance des pays ayant succédé à l’URSS et les 25 % restants ont été naturalisés. En 2016, près de 110.400 personnes étrangères ont choisi de prendre la nationalité allemande.

Les migrants apportent une contribution importante au développement sociétal et économique de l’Allemagne. Le besoin croissant en main d’œuvre qualifiée attire toujours plus d’étrangers bien formés dans le pays. Le gouvernement fédéral souhaite permettre une immigration plus importante afin de compenser le manque de main d’œuvre qualifiée induite par l’évolution démographique en Allemagne. Outre une intensification de l’activation du potentiel des actifs dans le pays et des migrants venus des pays de l’Union européenne, le gouvernement fédéral voit dans l’immigration de professionnels originaires de pays tiers un moyen de compenser l’évolution démographique pour pérenniser la présence de main d’œuvre qualifiée.

La carte bleue de l’UE a créé un titre de séjour global qui facilite l’accès au marché de l’emploi allemand des étrangers qualifiés venant de pays non-européens. Les professionnels originaires de pays non-européens ayant une formation reconnue dans des secteurs comme les soins aux malades et aux personnes âgées peuvent également venir en ­Allemagne. Une législation doit coordonner les différentes règles sur l’immigration pour mieux en exploiter les potentiels.

L’intégration, une grande tâche de la politique des migrations

L’intégration des étrangers est un grand domaine politique en Allemagne et est considérée comme une tâche concernant toute la société. L’intégration représente une offre mais aussi une obligation de faire des efforts, elle ne peut réussir que dans la réciprocité. D’après la loi relative au séjour des étrangers, ceux qui vivent légalement et durablement en Allemagne ont droit à des prestations favorisant leur intégration. Ces prestations servent à apprendre l’allemand, à s’intégrer au niveau éducatif, dans la formation professionnelle, au travail et dans la société. L’objectif est d’inclure les étrangers dans la société et de permettre leur implication. Une grande mesure est le cours d’intégration composé d’un cours d’allemand et d’un cours d’orientation.

Plus de 30 % des étrangers âgés de 20 à 34 ans ne possèdent pas de diplôme concluant une formation professionnelle. Un grand objectif du gouvernement fédéral est donc d’accroître leur présence dans le système éducatif et formateur. La double nationalité a été introduite avec la réforme du droit sur la nationalité en 2014. L’obligation de choisir une nationalité a été abolie pour les enfants de parents étrangers nés après 1990 et ayant grandi en Allemagne. Auparavant, ils devaient choisir une nationalité avant leurs 23 ans révolus.

La protection des réfugiés et des victimes de persécution

La Loi fondamentale garantit un droit d’asile aux victimes de persécutions politiques. L’Allemagne réaffirme ainsi sa responsabilité humanitaire et historique. En 2015, lors de la « crise migratoire », 890.000 personnes ont cherché refuge en Allemagne. En 2016, quelque 746.000 personnes ont déposé une demande d’asile. Aujourd’hui, le nombre de réfugiés en Allemagne est en recul, 233.000 demandes d’asile ont été déposées en 2017 et quelque 64.000 entre janvier et avril 2018. L’Allemagne œuvre à une solution européenne solidaire sur la question des réfugiés. Le gouvernement fédéral s’engage aussi en faveur d’une amélioration de la protection des migrants et du soutien aux réfugiés dans les pays d’accueil.

Related content