Une société civile engagée

La protection de l’environnement est un sujet auquel oeuvrent nombre d’habitants pendant leurs loisirs
La protection de l’environnement est un sujet auquel oeuvrent nombre d’habitants pendant leurs loisirs picture-alliance/Andreas Franke
L’engagement de la société civile est élevé en Allemagne. Nombre de gens s’engagent à titre bénévole et l’importance des fondations augmente.

Quelque 31 millions d’Allemands s’engagent bénévolement pendant leurs loisirs et assument des responsabilités envers les autres. Cet engagement est souvent à long terme, un tiers des bénévoles sont actifs depuis dix ans. Lors de la 14e enquête sur le bénévolat du gouvernement fédéral, près de 60 % des personnes interrogées consacraient jusqu’à deux heures par semaine à leur bénévolat. Avec les associations de bienfaisance, les Eglises, les coopératives, les organisations humanitaires, les entreprises d’économie solidaire et les initiatives privées, les membres des plus de 600.000 associations forment la cheville ouvrière de ce « troisième secteur ». Le terme de société civile décrit ce pan de la société où ni l’Etat ni les partis interviennent, qui s’immisce sciemment et publiquement dans les questions d’ordre politique ou sociétal.

picture alliance/Ralf Mueller

Les fondations, notamment, ont une importance croissante et continue. Avec plus de 21.000 fondations de droit civil possédant la capacité juridique, la forme juridique classique d’une fondation, l’Allemagne est l’un des pays ayant le plus grand nombre de fondations en Europe. Depuis le début du siècle, quelque 13.500 fondations de droit public ont été créées, soit plus de la moitié de toutes les fondations de ce type existant aujourd’hui. En moyenne nationale, il existe 26,5 fondations pour 100.000 habitants. Ensemble, ces fondations disposent d’un avoir de quelque 68 milliards d’euros. Elles consacrent environ 4,3 milliards à des buts d’intérêt gé­néral, dans le secteur social, l’éducation, les sciences et la culture. En termes de dépenses, les cinq plus grandes fondations sont la Volkswagen-Stiftung, la Robert-Bosch-Stiftung, la Bertelsmann-Stiftung, la Hans-Böckler-Stiftung et le WWF Allemagne.

Les fondations citoyennes, dont plusieurs habitants et entreprises sont les fondateurs, prennent de l’ampleur et soutiennent des projets locaux ou régionaux. Les premières fondations de ce type sont apparues en 1996 ; en 2016, il existait déjà 300 fondations citoyennes reconnues par la Fédération 
des fondations allemandes. Ces dernières années, l’engagement des citoyens a légèrement augmenté mais se déplace des grandes associations vers des groupes plus petits, autogérés, et des projets divers. Actuellement, nombre d’habitants s’engagent bé­névolement dans des initiatives locales d’aide aux réfugiés.

L’engagement dans les partis, les syndicats et les organisations non-gouvernementales

L’engagement dans les partis, les syndicats et les organisations non-gouvernementales permet de s’impliquer au niveau stratégique et politique. Le bénévolat offre ainsi la possibilité d’une participation démocratique intense. Les grandes organisations bien établies ont de plus en plus de difficultés à trouver des bénévoles. La tranche d’âge des 14-24 ans représente un fort potentiel d’engagement bénévole. L’intérêt exprimé pour les services volontaires montre bien la propension des jeunes adultes à œuvrer au sein de la société. Le Service volontaire fédéral existe depuis 2011. Ouvert à toutes les tranches d’âge, il complète le modèle, vieux de plus de 50 ans de l’Année sociale volontaire pour les adolescents et les jeunes adultes. Début 2018, plus de 43.000 personnes participaient à ce service volontaire. Le bénévolat à l’étranger est également possible, par exemple avec le Service volontaire international du ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse, avec le programme Weltwärts du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement ou avec le service volontaire Kulturweit de la Commission allemande de l’UNESCO, en coopération avec le ministère fédéral des Affaires étrangères.

Related content