Ouvert aux nouveaux citoyens

Les jeunes issus de l’immigration ont souvent moins d’opportunités – la politique veut que cela change
Les jeunes issus de l’immigration ont souvent moins d’opportunités – la politique veut que cela change Thomas Trutschel/Photothek via Getty Images
Un nombre croissant de gens ayant l’expérience de l’immigration vivent en Allemagne ; nombre d’offres les aident à s’intégrer.

La population allemande compte 81,2 millions de personnes, dont 16,4 millions ont immigré ou ont des parents venus de l’étranger. Soit plus d’une personne sur cinq. Plus de la moitié des personnes issues de l’immigration possède un passeport allemand. Depuis l’an 2000, les enfants nés en Allemagne de parents étrangers obtiennent la nationalité allemande à côté de la nationalité de leurs parents lorsque ceux-ci séjournent légalement en Allemagne depuis au moins huit ans. La « double nationalité » est un exemple montrant comment l’Allemagne admet la diversité et veille à l’intégration des personnes issues de l’immigration. L’État promeut l’égalité des chances, la « loi générale relative à l’égalité de traitement » devant par exemple éviter 
les discriminations. L’étude Shell sur la jeunesse en 2015 confirme qu’accepter l’immigration gagne en importance : 15 % des jeunes le pensent, alors qu’ils n’étaient que de 5 % en 2006.

L’intégration a beaucoup progressé mais certaines choses doivent encore s’améliorer. Le domaine de la scolarité et de la formation doivent encore progresser pour les jeunes. Les enfants d’immigrés ont souvent moins d’opportunités que leurs camarades allemands. Ceux qui lisent et écrivent mal l’allemand sont désavantagés pour accéder au marché de l’emploi. Les statistiques indiquent que plus de 30 % des 20-29 ans étrangers n’ont pas de diplôme professionnel. Et ils passent moins souvent le bac (13 %) que les jeunes Allemands (34 %). La langue est la clé de l’intégration et de la réussite. C’est pourquoi il existe dès le jardin d’enfant des tests de langue et des cours d’allemand. Plus des deux tiers des immigrés se sentent bien en Allemagne. La plupart se ressentent comme faisant partie de la société allemande (58 %). Seuls 5 % n’ont pas ce sentiment d’appartenance. Plus de la moitié des immigrés aimeraient que leurs enfants grandissent en Allemagne. Ils voient leur avenir ici, indique l’institut de sondage de l’opinion Allensbach.

Related content