Un acteur mondial

Le conteneur, symbole de la mondialisation : le port de Hambourg fait partie des grands centres de transit
Le conteneur, symbole de la mondialisation : le port de Hambourg fait partie des grands centres de transit Jörg Modrow/laif
L’Allemagne est très liée à l’économie mondiale, un euro sur deux est gagné avec les exportations.

L’Allemagne est un pays industriel très ouvert à l’économie mondiale avec un fort secteur travaillant à l’exportation. Dans les classements annuels de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Allemagne compte régulièrement parmi les trois plus grands pays exportateurs dans le monde – derrière la Chine et les Etats-Unis. En 2014, le bilan du commerce extérieur indiquait un excédent de 190 milliards d’euros, soit un nouveau record. Les ­exportations des entreprises allemandes (marchandises et services) atteignirent 1.326 milliards d’euros, et les exportations 1.136 milliards d’euros. Malgré une croissance mondiale dans l’ensemble assez faible en 2013 et 2014, l’économie allemande a bien résisté. Dans les comparaisons internationales, c’est l’Allemagne qui profite le plus de la mondialisation. Le « Country Connectedness Index 2014 » du McKinsey Global Institute classe l’Allemagne comme le pays ayant le plus grand réseau dans le monde, devançant les Etats-Unis et Singapour.

dpa/Ole Spata

Un euro sur deux en Allemagne est gagné par des activités avec l’étranger, presque un emploi sur quatre dépend des exportations, et même un sur deux dans l’industrie. Quelque 800.000 entreprises travaillent dans le commerce extérieur. En 2014, 685.000 entreprises allemandes ont importé des marchandises étrangères alors qu’environ 340.000 entreprises exportaient. Quelque 10.700 entreprises ayant leur siège à l’étranger avaient une part importante dans le commerce extérieur ­allemand : la Conférence des Chambres allemandes de l’industrie et du commerce (DIHK) estime que plus de 7 millions de salariés travaillent pour des firmes allemandes ­­
à l’étranger.

Les véhicules et les pièces détachées, les machines, les produits chimiques, les appareils de traitement des données et les appareils électriques dominent dans les exportations. Près de la moitié des exportations allemandes reviennent à ces produits. Au total, le taux d’exportation a presque doublé depuis 1991, passant de 25,7 % à 50,6 %. La part du commerce extérieur, c’est-à-dire la somme des ­importations et des exportations par rapport au produit intérieur brut (PIB), se situait à 89 % en 2013. L’Allemagne est ainsi l’économie la plus « ouverte » des pays composant le G7. Par comparaison : les Etats-Unis avaient une part de commerce extérieur de 30 % en 2013.

Les partenaires de l’Union européenne (UE) sont le principal marché cible avec une part de 58 %. La France est traditionnellement le plus grand pays d’exportation de l’Allemagne mais, au premier semestre 2015, les Etats-Unis occupaient cette place pour la première fois. Le Royaume-Uni, la République populaire de Chine et les Pays-Bas occupent les places suivantes. Pour les importations, le tableau est différent : la majorité des importations provenaient en 2014 des Pays-Bas, suivis par la République populaire de Chine, la France, les Etats-Unis et l’Italie. L’importance des relations économiques et commerciales augmente en permanence avec les pays asiatiques, malgré des taux de croissance ralentissant parfois ; 5.000 entreprises allemandes sont présentes en Chine par leurs investissements.

Les investissements directs à l’étranger reflètent cette forte interdépendance avec l’économie mondiale : ils ont quintuplé depuis 1990, atteignant 919 milliards d’euros en 2013. Un tiers a été investi dans la zone euro. Réciproquement, les investisseurs étrangers représentent 3 millions d’emplois en Allemagne avec leurs parts dans les entreprises allemandes, le niveau des investissements étrangers directs s’élevant à 458 milliards d’euros. L’Allemagne est ainsi le septième site d’investissement dans le monde.

L’industrie des foires et salons est une plaque tournante du commerce mondial. Ce site de foires qu’est l’Allemagne est le numéro 1 dans le monde pour l’organisation et la réalisation de salons internationaux. Les deux tiers des manifestations sectorielles importantes dans le monde se déroulent en Allemagne. Dix millions de visiteurs viennent chaque année à ces foires et salons internationaux.

L’Allemagne est aussi un lieu de transit des flux de marchandises européens et mondiaux. Aucun autre pays de l’UE ne voit passer autant de marchandises. Environ un tiers des chiffres d’affaires des dix grands marchés européens de la logistique est réalisé en Allemagne, 3 millions de personnes travaillent dans ce secteur. Le port de Hambourg, où quelque 9,7 millions de conteneurs standards transitent chaque ­année, est une porte ouverte sur le monde.

Un engagement en faveur d’un commerce mondial libre et équitable

L’Allemagne œuvre en faveur de marchés ouverts et d’un commerce libre et équitable sur la base de règles claires et fiables. Elle poursuit ces objectifs avec, entre autres, les « trois piliers de la promotion de l’économie extérieure » : les 227 représentations allemandes à l’étranger, les 130 Chambres du commerce extérieur (AHK), délégations et représentations de l’économie allemande dans 90 pays ainsi que la Société d’économie extérieure et de marketing allemand Germany Trade and Invest (GTAI). Elles aident les PME/PMI à s’implanter sur les marchés étrangers et cherchent à en améliorer les conditions-cadres.

L’Allemagne participe à la gestion de la mondialisation en contribuant à l’établissement de règles pour le commerce international, à la régulation des marchés financiers et à la gestion de l’argent et de la monnaie. En raison du ralentissement des négociations multilatérales (round de Doha), l’accent est mis sur les accords bilatéraux de libre-échange de l’Union européenne. Des accords exhaustifs sont actuellement négociés avec les Etats-Unis (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP) et le Japon. 
L’accord commercial et économique entre l’Europe et le Canada CETA est en fin de négociation. Le Traité de libre-échange de l’UE avec la Corée du Sud est en vigueur depuis 2011, c’est le premier traité conclu avec un pays asiatique. Depuis, les exportations vers la Corée du Sud ont augmenté respectivement de quelque 10 %. En 2015, l’UE et le Vietnam convinrent d’un traité de libre-échange : c’est le premier de ce type entre l’UE et un pays en développement.

Related content