Skip to main content
Un partenaire commercial global

Un engagement en faveur d’un commerce mondial libre et équitable

A côté de la libéralisation multilatérale du commerce, les accords de libre-échange de l’Union européenne sont au premier plan.
Hamburg
© Shutterstock

L’Allemagne œuvre en faveur de marchés ouverts et d’un commerce libre et équitable sur la base de règles claires et fiables. Elle poursuit ces objectifs avec, entre autres, les trois piliers de la promotion de l’économie extérieure : les 227 représentations allemandes à l’étranger, les 140 Chambres du commerce extérieur (AHK), délégations et représentations de l’économie allemande dans 92 pays ainsi que la Société d’économie extérieure et de marketing allemand Germany Trade and Invest (GTAI). Elles aident les PME/PMI à s’implanter sur les marchés étrangers et cherchent à en améliorer les conditions-cadres.

Le plus grand espace économique mondial

L’Allemagne s’engage intensément dans la formulation des règles pour le commerce international. A côté de la libéralisation multilatérale du commerce sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), elle accorde une grande importance aux accords de libre-échange (ALE) de l’Union européenne L’Union européenne En 1957, l’Allemagne faisait partie des six pays fondateurs de l’UE actuelle. Celle-ci se compose de 28 membres depuis 2013 et l’euro est la monnaie officielle de 19 pays. En raison de sa taille et de ses performances économiques, la contribution de l’Allemagne au budget européen se situe à quelque… Pour en savoir plus › . Celle-ci a déjà conclu des accords de libre-échange modernes avec une douzaine de pays partenaires et des ALE doivent être modernisés ou conclus avec nombre d’autres pays. L’accord de l’UE avec le Japon, entré en vigueur en février 2019, est un bon exemple. L’accord commercial et économique entre l’Europe et le Canada, le Comprehensive Economic and Trade Agreement CETA, existe déjà depuis 2017. L’accord de libre-échange avec le Vietnam, entré en vigueur en 2020, est le premier de ce type entre l’UE et un pays en développement. Et, à long terme, on souhaite un accord de libre-échange entre l’UE et l’ASEAN.