Skip to main content
Un partenaire commercial global

Des marchés leaders et des innovations

L’économie allemande est marquée par quatre secteurs industriels performants ayant aussi les plus grandes entreprises.
Autoproduktion
© stock.adobe.com

La puissance économique de l’Allemagne se fonde de manière déterminante sur les performances de l’industrie et sa capacité d’innovation. Notamment l’industrie automobile, avec ses 883.000 salariés, est le secteur phare du « Made in Germany ». Avec les six marques performantes Volkswagen, BMW, Daimler, les marques de VW Audi et Porsche ainsi qu’Opel (Groupe PSA), l’industrie automobile fait partie des locomotives du secteur mondial de la mobilité. Mais la pandémie du coronavirus a provoqué un effondrement de ce secteur.

Un moteur de la recherche et du développement

Pour pérenniser leur compétitivité dans les périodes difficiles, les entreprises investissent des milliards dans la recherche et le développement (R&D). Les voitures électriques, la mise en réseau des véhicules, la conduite assistée ou autonome sont les grandes tendances de la mobilité automobile. Avec leur part élevée dans le segment milieu de gamme supérieur et haut de gamme, les constructeurs automobiles allemands ont produit en 2019 quelque 16 millions de voitures au niveau mondial ; environ les deux tiers des voitures de constructeurs allemands ont été produites à l’étranger.

Automobile, génie mécanique et chimie

A côté de l’industrie automobile, le génie ­mécanique et l’industrie chimique comptent également parmi les secteurs performants traditionnels de l’économie allemande. BASF, fondé en 1865 à Ludwigshafen, est le plus grand groupe chimique au monde avec ses quelque 118.000 salariés sur 366 sites de production dans plus de 90 pays. L’industrie électrotechnique et électronique compte aussi parmi les secteurs clés avec Siemens, un acteur mondial qui travaille dans plus de 200 pays et dont les applications – de la mobilité aux énergies renouvelables – sont hautement innovantes.

Les centres moteurs de l’économie

Les grands centres économiques en Allemagne sont le bassin de la Ruhr, les conurbations de Munich et de Stuttgart (high-tech, automobile), la région Rhin-Neckar (chimie, ­informatique), Francfort-sur-le-Main (finance), Nuremberg (industrie et services), Cologne et Hambourg (médias, port, aéronautique). De petits centres de haute technologie très performants se sont formés dans les nouveaux Länder, notamment dans ces « régions phares » que sont Dresde, Iéna, Leipzig, Leuna et Berlin-Brandebourg.

La liste des plus grandes entreprises allemandes (par chiffre d’affaires en 2019) est conduite et dominée par les constructeurs automobiles : Volkswagen vient en tête, suivi par Daimler et BMW à la deuxième et troisième place. Les groupes Schwarz et Aldi (commerce) viennent en quatrième et cinquième place. Les places suivantes de ce top 10 sont occupées par Siemens (électrotechnique), Deutsche Telekom, Robert Bosch (technologie), Uniper (énergie) et Deutsche Post. Mais on s’attend à de profonds changements dans le paysage entrepreneurial allemand en 2020 à la suite de la pandémie du coronavirus.