Skip to main content
Éducation & savoir

Un site du savoir performant

Ce site du savoir qu’est l’Allemagne est bien positionné. La recherche y est plus internationale que jamais.
Studienabschluss
© Matthias Jung/laif

L’Allemagne fait partie des meilleures adresses en matière de recherche et de formation universitaire. Cela est bien symbolisé par les 80 distinctions qui la placent au troisième rang des pays détenteurs de prix Nobel. Dans un monde globalisé où le savoir est la « matière première » la plus importante, le pays, avec sa tradition de recherche et développement, est bien armé pour affronter la compétition internationale afin d’attirer les têtes bien pleines. Ce site du savoir se compose de trois grands acteurs : un réseau dense de quelque 400 établissements supérieurs, une recherche industrielle performante et ces quatre organismes de recherche extra-universitaire, réputés à l’international, que sont la Société Fraunhofer, la Communauté Helmholtz, la Communauté Leibniz et la Société Max Planck. A l’international, l’Allemagne compte parmi les rares pays qui investissent quelque 3 % de leur produit intérieur brut dans la recherche et le développement ; ces investissements passeront à au moins 3,5 % d’ici à 2025.

Brevets pertinents sur le marché mondial dans l’UE 2016

par mio. d’habitants, Source: BMBF

La stratégie pour l‘excellence, une réussite

Avec nombre de réformes, le monde politique et les universités ont pris l’initiative de développer et d’internationaliser le site allemand du savoir. Avec, entre autres, l’Initiative pour l’excellence, suivie par la Stratégie d’excellence qui soutient dix universités à l’excellence exceptionnelle, un réseau d’excellence et 57 pôles d’excellence, renforçant ainsi la recherche de pointe universitaire. La Stratégie high-tech 2025 permet des innovations technologiques dans des secteurs clés de la société comme la protection du climat, la mobilité ou la santé, consolidant la position de l’Allemagne dans la compétition mondiale.

La Stratégie d’internationalisation renforce également la position de l’Allemagne comme acteur de la société globale du savoir, la mise en réseau mondial étant déterminante en la matière. Etant le plus grand pays de recherche en Europe, l’Allemagne a été en 2014 le premier membre de l’UE à présenter une stratégie sur le développement de l’Espace européen de la recherche (EER). Le Pacte sur la recherche et l’innovation est également source de dynamisme : avec celui-ci, les établissements supérieurs et les organismes scientifiques déterminent des objectifs précis pour leur politique de recherche et reçoivent en retour des fonds supplémentaires. Avec le Pacte universitaire 2020, suivi par le Contrat d’avenir, le gouvernement fédéral a en outre réagi au nombre croissant d’étudiantes et d’étudiants, consolidant ainsi les bases garantissant la qualité des études.

Un accent particulier est mis sur l’internationalisation. A la suite du processus de Bologne, la plupart des cursus ont été adaptés aux diplômes de licence et de master et nombre d’entre eux sont proposés dans une langue étrangère. Contrairement à bien d’autres pays, les universités publiques n’exigent pas de frais d’études. Pour les étudiants internationaux, l’Allemagne fait partie des cinq pays d’études les plus appréciés. Ces dernières années, le nombre de collaborateurs internationaux des universités a également continuellement augmenté et se situe actuellement à environ 12 %. Sur le marché international de l’éducation, nombre d’universités allemandes travaillent à « l’exportation » des études qu’elles proposent et à la création d’universités sur le modèle allemand. Nombre de jeunes Allemands étudient en outre à l’étranger : pour 1000 étudiants allemands inscrits dans une université de la République fédérale, 55 autres étudiants allemands effectuaient leurs études à l’étranger en 2017.

 

Dépenses en recherche et développement, en mio. €

Source: Destatis

Une mise en réseau international

Dans les comparaisons internationales, le système éducatif allemand est relativement bien adapté aux besoins du marché de l’emploi : 87 % des adultes ont le baccalauréat ou accompli une formation professionnelle, alors que ce taux est de 86 % dans la moyenne de l’OCDE.

La création de réseaux avec des partenaires internationaux joue un rôle important pour les universités allemandes qui ont étendu leurs coopérations dans le monde ces dernières années. Le gouvernement fédéral leur apporte son soutien par l’intermédiaire du ministère fédéral des Affaires étrangères (AA) et du Service allemand des échanges universitaires (DAAD). Depuis 2009, des pôles d’excellence ont été créés, dans le cadre de l’Initiative pour la science à l’étranger de l’AA, au Chili, en Colombie, en Russie et en Thaïlande ; plusieurs institutions et universités allemandes et étrangères coopèrent au sein de ces pôles.