Skip to main content
Environnement & Climat

La Green Tech, un secteur d´avenir

Les technologies environnementales allemandes sont demandées à l’international ; ce secteur est un marché important en pleine expansion.
Zukunftsbranche Greentech
© stock.adobe.com

Le leadership de l’Allemagne dans les technologies de protection de l’environnement, des énergies renouvelables et de l’utilisation efficace des ressources a un impact positif sur l’économie et le marché de l’emploi. Le secteur environnemental apporte une contribution significative à la croissance durable et au développement de nouvelles technologies – dans le domaine énergétique comme dans les technologies de l’information et de la communication ainsi que dans la technologie des matériaux.

Près de 700.000 personnes travaillent dans l’industrie énergétique, dont près de la moitié dans le secteur des énergies renouvelables. L’Allemagne est ainsi l’un des six pays leaders de l’emploi dans ce secteur. On le voit bien dans l’éolien, la transition énergétique est un véritable moteur de l’emploi. Près de 14 % (160.000) des emplois mondiaux dans l’éolien se trouvent en Allemagne. Le pays se situe ainsi au deuxième rang dans les comparaisons internationales. Le secteur se compose surtout de petites et moyennes entreprises mais de grands groupes comme Siemens en sont aussi des acteurs importants. Sous le label « Green Tech Made in Germany », les entreprises réussissent à l’exportation, leur part du marché mondial est de 15 %. L’Allemagne souhaite améliorer encore sa position et se positionner comme fournisseur de solutions intégrées avec son Initiative pour l’exportation de technologies environnementales.

L’électromobilité est un grand thème d’avenir dans le secteur environnemental

La protection du climat et de l’environnement doit être boostée par l’électromobilité. L’avenir de la mobilité électrique est aussi à l’ordre du jour en Chine, au Japon et en Amérique du Nord. Le gouvernement fédéral Gouvernement fédéral Le chancelier et les ministres fédéraux forment le gouvernement fédéral, le « cabinet ». Outre la compétence du chancelier en matière d’orientations politiques, on applique le principe du portefeuille selon lequel les ministres gèrent leur administration de manière autonome dans le cadre de ces… Pour en savoir plus › et le secteur automobile poursuivent un objectif ambitieux : faire de l’Allemagne le marché leader de l’électromobilité et exploiter les potentiels de ce marché dans le monde. Selon le gouvernement fédéral, entre 7 et 10 millions de véhicules électriques doivent être immatriculés dans le pays d’ici à 2030. Le nombre croissant de voitures électriques doit contribuer à une nouvelle baisse des émissions de dioxyde de gaz à effet de serre, dont un cinquième est dû à la circulation routière. Pour que l’électromobilité fasse une véritable percée, l’Allemagne a besoin de suffisamment de bornes de recharge publiques. Un million de bornes doivent être disponibles sur le territoire d’ici à 2030. Le conseil des ministres a adopté un « plan directeur pour l’infrastructure des bornes » fin 2019.

Les constructeurs automobiles allemands travaillent également intensément sur différents concepts d’électromobilité. Ils prévoient d'investir 40 milliards d'euros dans la recherche et le développement jusqu'en 2022 et ont l'intention de porter le nombre de modèles à plus de 100.

Rendre les transports en commun plus attractifs

Le gouvernement fédéral Gouvernement fédéral Le chancelier et les ministres fédéraux forment le gouvernement fédéral, le « cabinet ». Outre la compétence du chancelier en matière d’orientations politiques, on applique le principe du portefeuille selon lequel les ministres gèrent leur administration de manière autonome dans le cadre de ces… Pour en savoir plus › veut également rendre les transports en commun plus attractifs. Les dépenses dans ce domaine augmenteront donc pour atteindre un milliard d’euros par an à partir de 2021, la participation fédérale devant même atteindre 2 milliards par an à partir de 2025. Ces fonds supplémentaires permettront d’étendre les réseaux de transports en commun. En outre, les flottes de bus doivent être équipées de moteurs électriques, à hydrogène et à biogaz. Un bus municipal sur deux devra être électrique en 2030. Une réduction de la T.V.A. sur les billets de train, passant de 19 % à 7 %, a été adoptée fin 2019 avec le programme de protection du climat.

Avec des primes à l’achat, des avantages fiscaux et des subventions pour améliorer l’infrastructure des bornes de rechargement des batteries, le gouvernement fédéral soutient cette évolution pour favoriser la percée des voitures électriques. Ici aussi, cette promotion est renforcée par le programme de protection du climat. Parallèlement, le gouvernement fédéral a sensiblement augmenté les fonds consacrés à la recherche, notamment sur les batteries des voitures électriques. « Batterie 2020 » est un projet-phare qui doit donner naissance à de nouveaux matériaux évolutionnaires pour étudier et développer des systèmes de batteries performants.

Aujourd’hui, quelque 1000 cursus innovants dans le secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique existent dans les universités et les établissements supérieurs allemands et européens ; ils attirent nombre d’étudiants internationaux.