Skip to main content
Développement durable

Une économie durable

L’Allemagne fait partie des pays industrialisés les plus durables, nombre d’entreprises reconnaissent leur responsabilité sociale.
Textilfabrik
© stock.adobe.com/Odua Images

L’Allemagne fait partie des pays industrialisés les plus durables dans le monde. Le pays se distingue se distingue notamment dans le domaine de la croissance, de l’emploi, de la protection sociale et de la protection de l’environnement. Néanmoins, l’Allemagne est encore bien loin de la durabilité dans certains domaines du mode de vie, de l’activité économique et de la gestion des ressources naturelles. Le gouvernement fédéral a donc élargi sa stratégie de durabilité en 2016, l’orientant sur les dix-sept objectifs de développement durable (SDG) des Nations unies. La stratégie prévoit trois niveaux : des mesures ayant un impact en Allemagne, des mesures allemandes ayant un impact global et le soutien direct à d’autres pays par la coopération bilatérale. En raison de la grande importance politique de la durabilité, les compétences pour cette stratégie se situent directement à la Chancellerie mais elle est réalisée transversalement, tous les ministères y contribuant.

Le gouvernement fédéral actualisera, probablement au printemps 2021, sa stratégie de durabilité. La chancelière Angela Merkel a auparavant appelé tous les citoyens et citoyennes à contribuer à la définition de ses orientations. Des consultations sur ce sujet se déroulent, tant en ligne qu’au cours d’entretiens personnels, depuis 2019.

Des réseaux nationaux et internationaux

Un nombre croissant d’entreprises en Allemagne reconnaissent la responsabilité sociale comme faisant partie de leurs activités durables. La « Corporate Social Responsibi­lity » (CSR) concerne surtout les activités principales des entreprises qui, avec la mondialisation, influent sur la situation économique, sociale et environnementale des pays. La Global Compact Initiative, lancée en 1999 par les Nations unies, compte aujourd’hui la plupart des entreprises cotées au DAX ainsi que des petites et moyennes entreprises, des instituts et des organisations non gouvernementales. L’initiative Global Compact des Nations unies, les principes directeurs de l’OCDE pour les multinationales et la déclaration en trois points de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur les multinationales et la politique sociale constituent la base sur laquelle les entreprises peuvent assumer leur responsabilité sociale. Plus de 12.000 firmes dans plus de 160 pays sont membres volontaires de Global Compact dans le monde.

L’Allemagne renforce aussi le développement économique durable avec le Plan national d’action Economie et droits humains (NAP). Ce plan, adopté en 2016, renforce les droits humains tout le long des chaînes logistiques et de création de valeur. Il s’oriente sur les principes directeurs de l’ONU. A ce jour, le NAP n’est pas juridiquement contraignant. Le gouvernement fédéral a néanmoins annoncé des règles contraignantes si, d’ici à 2020, au moins 50 % des entreprises allemandes de plus de 500 salariés ne s’y conforment pas volontairement.

La responsabilité sociale et la responsabilité écologique sont indissociables de l’économie, comme le souligne l’Alliance pour les textiles durables qui veut obtenir des améliorations dans ces deux domaines pour les salariés de l’industrie textile et du vêtement. Plus de 130 fabricants de textiles, associations, syndicats, organisations non-gouvernementales et autres en Allemagne ont rejoint l’initiative lancée en 2014 par le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Ses membres couvrent environ 50 % du marché textile allemand. Des améliorations sensibles ont été réalisées depuis les accidents mortels survenus dans des usines textiles au Pakistan et au Bengladesh. A partir de 2018, l’Alliance demande à ses membres de garantir que ses objectifs ambitieux seront atteints. En 2019, ses membres publient pour la première fois des rapports sur les progrès accomplis, rapports selon lesquels quelque 80 % des objectifs fixés ont été atteints. Avec cette Alliance, l’Allemagne souligne son rôle de précurseur dans les efforts internationaux pour établir des standards équitables dans les chaînes de distribution mondiales.