Skip to main content
Éducation & Savoir

La politique scientifique à l'étranger

L’Allemagne mise sur la coopération scientifique, en politique étrangère aussi. Les échanges avec les régions en crise jouent un rôle important.
 Aussenwissenschaftspolitik
© Getty Images/Digital Vision

Les échanges scientifiques et universitaires sont un pilier de la Politique éducative et culturelle à l’étranger (PECCE). Les grands partenaires du ministère des Affaires étrangères en la matière sont le Service allemand des Echanges universitaires ( DAAD DAAD L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) est un organisme commun à toutes les universités allemandes. Il a pour mission de promouvoir les relations des universités avec l’étranger, grâce surtout aux échanges d’étudiants et de chercheurs. Ses programmes sont ouverts à toutes les… Pour en savoir plus › ), la Fondation Alexander von Humboldt Fondation Alexander von Humboldt Créée en 1860, la Fondation Alexander von Humboldt promeut la coopération scientifique entre les meilleurs chercheurs allemands et étrangers. Elle permet chaque année à plus de 2.000 chercheurs étrangers de séjourner en Allemagne et entretient un réseau mondial de quelque 28.000 « Humboldtianer »… Pour en savoir plus › , l’Institut allemand d’archéologie (DAI) et les fondations des partis politiques travaillant à l’international. Depuis 2009, l’initiative de politique scientifique à l’étranger a établi des instruments qui ont fait leurs preuves et les a étendus à de nouvelles mesures. Ainsi, cinq Maisons allemandes de la science et de l’innovation (DWIH), à Moscou, New Delhi, New York, Sao Paulo et Tokyo, promeuvent la coopération scientifique avec l’Allemagne dans le monde. Le DAAD a annoncé en septembre 2020 son intention d’ouvrir une nouvelle Maison à San Francisco. Les DWIH sont un modèle unique dans le monde et se conçoivent comme des vitrines de ce site de recherche et d’innovation qu’est l’Allemagne.

En outre, depuis 2009, le travail de cinq nouveaux pôles d’excellence en Russie, en Thaïlande, au Chili et en Colombie a été soutenu par le DAAD. Ces pôles mettent en contact des centaines de chercheurs internationaux avec la recherche allemande et forment de jeunes universitaires à un niveau très élevé. Dix centres spécialisés ont également été créés en Afrique sub-saharienne depuis 2008, constituant de nouvelles capacités pour la recherche et améliorant la qualité de l’éducation.

Renforcer la liberté de la science

La Politique éducative et culturelle à l’étranger met aussi l’accent sur l’accès à l’éducation et à la recherche en temps de conflit, dans les régions en crise ou dans les pays en mutation, afin de créer des perspectives universitaires et ­scientifiques. On associe à cet engagement complexe l’espoir que la coopération dans la recherche et l’éducation supérieure prépare le terrain sur lequel naît la compréhension au niveau politique et, par-là, la prévention et la résolution des crises.

En raison des nombreux conflits et guerres récents, nombre de jeunes n’ont pas accès à l’éducation et la liberté de la recherche est compromise. Pour y réagir, le ministère des Affaires étrangères finance l’Initiative Philipp Schwarz de la Fondation Alexander von Humboldt Fondation Alexander von Humboldt Créée en 1860, la Fondation Alexander von Humboldt promeut la coopération scientifique entre les meilleurs chercheurs allemands et étrangers. Elle permet chaque année à plus de 2.000 chercheurs étrangers de séjourner en Allemagne et entretient un réseau mondial de quelque 28.000 « Humboldtianer »… Pour en savoir plus › qui permet aux chercheuses et chercheurs menacés de travailler en Allemagne. De son côté, le DAAD DAAD L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) est un organisme commun à toutes les universités allemandes. Il a pour mission de promouvoir les relations des universités avec l’étranger, grâce surtout aux échanges d’étudiants et de chercheurs. Ses programmes sont ouverts à toutes les… Pour en savoir plus › a lancé en 2014, avec le ministère fédéral des Affaires étrangères, le programme « Des cadres pour la Syrie » avec lequel 221 boursières et boursiers syriens ont pu venir étudier et passer leur diplôme en Allemagne. Le ministère des Affaires étrangères soutient en outre des programmes de bourses sur place pour les réfugiés dans leurs premiers pays d’accueil. Citons ici l’Initiative universitaire allemande en faveur des réfugiés Albert Einstein (DAFI) que le ministère des Affaires étrangères gère avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, initiative à laquelle viennent s’ajouter d’autres programmes de bourses sur place du DAAD.

Un engagement en faveur de la bonne gouvernance

Les organismes éducatifs et scientifiques allemands créent ainsi des perspectives et gardent des accès ouverts à l’éducation là où les conditions-cadres de la politique universitaire et de la recherche s’avèrent difficiles. En outre, le DAAD DAAD L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) est un organisme commun à toutes les universités allemandes. Il a pour mission de promouvoir les relations des universités avec l’étranger, grâce surtout aux échanges d’étudiants et de chercheurs. Ses programmes sont ouverts à toutes les… Pour en savoir plus › a créé les programmes « Integra – Intégration des réfugiés dans les études spécialisées » et « Welcome – Les étudiants s’engagent en faveur des réfugiés » avec le ministère fédéral de l’Education et de la Recherche (BMBF).

L’Allemagne a aussi conclu en 2011 un partenariat de transformation avec plusieurs pays arabes. Ce partenariat soutient les réformes entreprises dans les universités arabes avec des projets de coopération avec des universités allemandes. Les nombreux programmes dans le domaine de la bonne gouvernance, qui s’adressent aux futures forces dirigeantes des régions en crise dans le monde, portent sur un domaine particulièrement important.

Le partenariat avec l’Afrique

L’Afrique joue un rôle toujours plus important dans la Politique éducative et culturelle à l’étranger. La Stratégie pour l’Afrique adoptée en 2018 par le BMBF renforce la coopération avec cette région, notamment dans les secteurs du climat, de l’énergie, de l’alimentation et de l’urbanisation. Grâce au transfert de connaissances et au renforcement de l’éducation supérieure, les partenaires allemands et africains veulent apporter des solutions communes aux questions globales pressantes. Comme, par exemple, la réaction au changement climatique et la lutte contre les maladies infectieuses.

La pandémie du coronavirus a encore souligné la nécessité d’une coopération scientifique internationale. Elle induit aussi de nouvelles approches sur l’implémentation des échanges et accélère les développements existant dans ce domaine. Ainsi, de grands acteurs comme le DAAD DAAD L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) est un organisme commun à toutes les universités allemandes. Il a pour mission de promouvoir les relations des universités avec l’étranger, grâce surtout aux échanges d’étudiants et de chercheurs. Ses programmes sont ouverts à toutes les… Pour en savoir plus › s’efforcent de trouver des alternatives à l’augmentation de la mobilité. Demain, la coopération devra se faire encore plus avec des moyens numériques.