Skip to main content

Une société civile engagée

L’engagement de la société civile est élevé en Allemagne. Nombre de gens s’engagent à titre bénévole et l’importance des fondations augmente.
DLRG
© dpa

Quelque 28,8 millions de personnes en Allemagne s’engagent à titre bénévole pendant leur temps libre, assumant une responsabilité envers la société. Cela représente près de 40 % de la population totale ; ce chiffre a sensiblement augmenté au cours des vingt dernières années, il se situait à quelque 31 % en 1999. Parallèlement, les bénévoles investissent aujourd’hui un peu moins de temps dans cet engagement : environ 60 % des personnes interrogées dans le cadre de la 5e Étude allemande sur le bénévolat, parue en 2021, investissent moins de deux heures par semaine. Un autre grand résultat de cette étude : l’engagement est diversifié et profite à différents groupes : la plupart des bénévoles sont actifs dans le domaine du sport et du mouvement. Puis viennent la culture et la musique, les activités sociales ainsi que l’école et les jardins d’enfants.

Les associations jouent un grand rôle dans le bénévolat. Avec les associations caritatives, les Eglises, les coopératives, les organisations humanitaires, les entreprises d’économie solidaire et les initiatives privées, les membres des plus de 600.000 associations forment la cheville ouvrière de ce « troisième secteur ». Le terme de société civile décrit ce pan de la société où ni l’Etat ni les partis n'interviennent et qui s’immisce volontairement et publiquement dans les questions d’ordre politique ou sociétal.

L’engagement dans les fondations

Les fondations, notamment, ont acquis une importance croissante continue. Avec plus de 23.000 fondations de droit civil possédant la capacité juridique, la forme juridique classique d’une fondation, l’Allemagne est l’un des pays ayant le plus grand nombre de fondations en Europe. Au cours des seules années 2018 et 2019, plus de 1.000 nouvelles fondations ont été créées. En moyenne nationale, il existe 28 fondations pour 100.000 habitants. Ensemble, toutes les fondations, quelle que soit leur forme juridique, disposent d’un avoir de quelque 107 milliards d’euros. Plus de la moitié des fondations (52,1 %) se consacre à des buts d’intérêt sociétal. Le domaine de l’éducation (34,7 %) ainsi que celui de l’art et de la culture (31,8 %) sont souvent soutenus. En termes de dépenses, les cinq plus grandes fondations de droit privé sont la Volkswagen-Stiftung, la Robert-Bosch-Stiftung, la Samariterstiftung, la Carl-Zeiss-Stiftung et la Bremer Heimstiftung.

Les fondations citoyennes, dont plusieurs habitants et entreprises sont les fondateurs, prennent de l’ampleur et soutiennent des projets locaux ou régionaux. Les premières fondations de ce type sont apparues en 1996 ; en 2020, il existe 272 fondations citoyennes reconnues par la Fédération 
des fondations allemandes. Ces dernières années, l’engagement des citoyens a légèrement augmenté mais se déplace des grandes associations vers des groupes plus petits, autogérés, et des projets divers. Notamment pendant l’arrivée massive de réfugiés en 2015/2016, nombre de gens se sont engagés à titre bénévole dans des initiatives locales pour venir en aide aux arrivants. La pandémie du coronavirus a donné jour à de nouvelles missions et de nouvelles formes d’engagement bénévole comme faire les courses pour les personnes vulnérables.