Skip to main content
Société

Un état social performant

Toute une série d’assurances obligatoires protège les habitants des risques de la vie.
Erzieherin
L’Etat soutient les familles avec des allocations familiales, la prise en charge des enfants de moins de 6 ans a été étendue © dpa

L’Allemagne dispose d’un système de pro­tection sociale très complet. Comme dans d’autres démocraties développées, les dépenses sociales représentent le poste le plus important des dépenses de l’Etat. Quelque 996 milliards d’euros ont été consacrés en 2018 aux dépenses sociales, soit 25,1 % du produit ­intérieur brut (PIB).

Les systèmes sociaux solidaires ont une tradition remontant à l’époque de l’industrialisation de l’Allemagne dans la seconde moitié du XIXe siècle et sont associés au chancelier de l’époque, Otto von Bismarck. Sous Bismarck, l’assurance-maladie obligatoire des travailleurs fut instituée en 1883 ; l’orientation sociale de l’Etat se fonde sur cette législation qui s’étendit au fil des ans. Le principe de l’Etat-providence est ancré dans l’article 20, paragraphe 1, ainsi que dans l’article 28 de la Loi fondamentale de la 
République fédérale d’Allemagne. Son organisation est sans cesse renégociée de manière dynamique par l’Etat et la société ; l’évolution démographique, surtout, exige des ajustements.

Aujourd’hui, une couverture dense d’assurances maladie, retraite, accident, chômage et dépendance protège les habitants des risques et des menaces de la vie. En outre, la couverture sociale comprend un revenu minimum de subsistance pour les retraités et les personnes en incapacité de travail permanente, ainsi que des prestations financées par l’impôt comme la compensation des charges familiales (allocations familiales, avantages fiscaux). Après de nouvelles hausses en 2018 et 2019, les familles perçoivent maintenant 204 euros par mois pour le premier et le deuxième enfant, 210 euros pour le troisième et 235 euros pour les enfants suivants. En outre, le contrat de coalition prévoit d’ancrer les droits des enfants dans la Loi fondamentale

Le train de mesures sur la retraite, entré en vigueur en 2014, améliore surtout la situation des personnes âgées. La réforme a entre autres instauré une pension complète à partir de 
63 ans et la « retraite pour les mères », considérée comme une reconnaissance du travail éducatif des mères. Les femmes ayant élevé des enfants nés avant 1992 n’avaient pas les possibilités de prise en charge des enfants des parents actuels, leurs chances sur le marché du travail étaient donc moindres. La « retraite pour les mères » tient donc compte de ces prestations d’éducation. Quelque 9,5 millions de femmes (et quelques hommes) perçoivent ainsi depuis le mois de juillet 2014 une retraite majorée de 300 euros par enfant et par an. Depuis le 1er juillet 2014, les personnes ayant cotisé pendant 45 ans à la caisse de retraite obligatoire peuvent, elles, prendre leur retraite à l’âge de 63 ans en touchant une pension complète.

Début 2020, le gouvernement a décidé la création d’une pension de base. Quiconque a cotisé pendant au moins 33 ans à la caisse de retraite en ayant un faible salaire percevra dorénavant un supplément. La pension de base profitera à environ 1,3 million de personnes, dont nombre de femmes. Elle doit entrer en vigueur au 1er janvier 2021.

L’assurance-maladie est obligatoire en Allemagne. La couverture médicale est assurée par une offre étendue en hôpitaux, cabinets médicaux et établissements de rééducation.