Skip to main content

Pour la mobilité de demain

L’Allemagne soutient les approches innovantes dans les transports. Le numérique joue un rôle important en la matière.
Wasserstoff-Tanksäule
© Tim Siegert-batcam/stock.adobe.com

Grand site du secteur automobile, l’Allemagne peut influencer de manière déterminante la mobilité dans le monde. Car une transition dans les transports est indispensable, en Allemagne comme dans le monde : les transports routiers touchent à leurs limites, la part des transports dans les émissions polluantes est toujours élevée. D’autre part, les nouvelles possibilités numériques sont toujours plus nombreuses dans le secteur des transports et de la logistique.

Les véhicules autonomes en réseau pourraient apporter des améliorations pour la sécurité et le bilan environnemental. Un plan d’action des ministères de l’Education et de la Recherche, de l’Economie et de l’Energie ainsi que des Transports et des Infrastructures numériques, adopté en 2019, doit promouvoir les nouveaux développements dans ce domaine. Ce plan d’action fait partie de la Stratégie high-tech 2025 du gouvernement fédéral Gouvernement fédéral Le chancelier et les ministres fédéraux forment le gouvernement fédéral, le « cabinet ». Outre la compétence du chancelier en matière d’orientations politiques, on applique le principe du portefeuille selon lequel les ministres gèrent leur administration de manière autonome dans le cadre de ces… Pour en savoir plus › .

Tester les innovations dans la pratique – avec les partenaires européens

Pour faire concrètement avancer la conduite automatisée et les autres technologies innovantes, l’Allemagne a créé un tronçon d’essai : depuis 2015, il existe un « Digitales Testfeld Autobahn » (DTA) sur l’A9 en Bavière Bavière Ce pays de la bière qu’est la Bavière produit aussi un excellent vin (de Franconie). La fête de la bière, le château de Neuschwanstein et les Alpes y attirent plus de touristes que toute autre région allemande. Mais la Bavière a bien plus qu’une culture vivante. Son économie, plus forte que celle… Pour en savoir plus › , l’une des autoroutes les plus fréquentées en Allemagne. Les centres de recherche et les entreprises innovantes peuvent tester leurs concepts en circulation réelle et recueillir des données pour le développement.

L’Allemagne a également créé un tel tronçon d’essai avec les pays voisins, la France et le Luxembourg. Le « Digitales Testfeld Deutschland-Frankreich » commence à Merzig, passe par Saarlouis et Saarbrücken en Allemagne et se poursuit jusqu’à Metz en France et dans la région de Bettembourg au Luxembourg. L’objectif est entre autres de tester les fonctions de conduite automatisée dans les transports transfrontaliers. 

Des moteurs différents

Au-delà des nouveaux développements numériques dans la mobilité, l’Allemagne promeut aussi les moteurs innovants, à savoir, outre les moteurs électriques, les moteurs à hydrogène. Actuellement, l’offre de ce type de véhicules est faible, en Allemagne comme ailleurs. C’est pourquoi le gouvernement fédéral Gouvernement fédéral Le chancelier et les ministres fédéraux forment le gouvernement fédéral, le « cabinet ». Outre la compétence du chancelier en matière d’orientations politiques, on applique le principe du portefeuille selon lequel les ministres gèrent leur administration de manière autonome dans le cadre de ces… Pour en savoir plus › soutient la recherche dans ce domaine ainsi que la création de l’infrastructure correspondante. Il devrait y avoir 400 distributeurs publics d’hydrogène en Allemagne d’ici à 2023.

L’Allemagne mise aussi sur l’hydrogène comme énergie verte dans d’autres domaines comme la production de chaleur ou les processus industriels. Avec la Stratégie nationale pour l’hydrogène, le gouvernement fédéral veut faire de l’Allemagne un pionnier dans ce secteur. Le ministère de l’Education et de la Recherche (BMBF) investit pour cela plus de 300 millions d’euros du seul fonds pour le climat jusqu’en 2023. L’Allemagne crée en outre des partenariats stratégiques sur l’hydrogène en Europe et dans le monde. On veut ainsi explorer, par exemple avec des partenaires africains, le rôle que peut jouer l’hydrogène vert dans le développement durable du continent africain.