Skip to main content
L’Europe

L’UE et ses partenaires

L’Union européenne entretient des relations étroites et amicales avec ses voisins.
EU External Action
© efta.int

L’Union européenne a un objectif : créer un espace de stabilité, de sécurité et de prospérité commun au sein de ses frontières. Des relations étroites et amicales avec les voisins immédiats de l’UE en font partie ; c’est aussi un sujet important de la politique étrangère allemande.  

Partager des valeurs et des standards

Depuis 2004, l’UE pratique une Politique européenne de voisinage (PEV) systématique avec laquelle elle gère ses relations avec seize pays voisins, dans le sud – l’Egypte, l’Algérie, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, les Territoires palestiniens, la Tunisie ainsi qu’avec la Libye et la Syrie (en partie suspendues) – et à l’est avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine.

Le premier groupe de pays est réuni au sein de la Coopération avec la Méditerranée, le deuxième fait partie du Partenariat oriental. Tous deux travaillent sous l’égide de la PEV avec des comités propres et des cibles différentes mais l’idée de base reste la même : se rapprocher et partager des valeurs et des standards.

Créer des rapports stables

La PEV ne saurait être confondue avec la politique d’élargissement. La PEV ne prend pas de décisions préalables sur une éventuelle adhésion à l’UE ; elle permet d’avoir des relations fructueuses avec les pays voisins et de créer des rapports stables dans l’environnement de l’UE. L’Union européenne propose en la matière un partenariat privilégié à ses voisins, à condition que les deux parties reconnaissent ces valeurs que sont la démocratie et les droits de l’homme, l’Etat de droit, une bonne gouvernance, les principes de l’économie de marché et le développement durable.

Des échanges politiques réguliers, une intense coopération économique ainsi qu’une plus forte mobilité depuis et vers l’UE font partie de ce partenariat. L’UE élabore régulièrement avec chaque pays des plans d’action bilatéraux et des priorités pour des réformes politiques et économiques.

Un soutien financier

La PEV soutient également la réalisation de ces plans d’action avec des moyens financiers et une coopération technique. La politique de voisinage suit en la matière le principe du « donner plus pour recevoir plus » : le soutien est plus soutenu pour les pays qui sont déterminés à faire avancer les réformes démocratiques et les sociétés libérales. L’enveloppe consacrée à la Politique européenne de voisinage au cours des années à venir dépend du Cadre financier pluriannuel (CFP) que l’UE négocie actuellement et pour lequel bien des points doivent encore être réglés. Les négociations devraient être menées à bien d’ici à fin 2020, pendant la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne.

La coopération avec l’Afrique et la Chine

C’est également pendant la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne que l’UE souhaite adopter une nouvelle stratégie UE-Afrique pour placer le partenariat avec le continent voisin à « un autre niveau », comme le dit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Ce partenariat porte sur des offres faites à l’Afrique pour provoquer un élan numérique et écologique. On prévoit également de signer cette nouvelle stratégie pendant la présidence allemande du Conseil européen. Bruxelles et Berlin considèrent le continent voisin comme le partenaire stratégique des prochaines années et les relations européo-africaines comme un élément important d’une politique de voisinage élargie réussie. On ignore encore si le sommet UE-Afrique pourra avoir lieu à l’automne en raison de la pandémie du coronavirus.

Pendant la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, le dialogue de l’UE avec la Chine sera poursuivi. Le sommet UE-Chine prévu en septembre à Leipzig, également repoussé en raison de la Covid-19, doit avoir lieu dès que possible. Ses grands thèmes seront la conclusion d’un accord d’investissement, les progrès dans la protection du climat et les relations mutuelles avec l’Afrique. Le dialogue avec la Chine portera également sur les questions de l’Etat de droit et des droits de l’Homme.