Skip to main content
Économie & Innovation

Un marché de l'emploi attrayant

Le marché du travail allemand reste stable pendant la crise du coronavirus grâce au chômage partiel et offre des opportunités de carrière intéressantes à la main d’œuvre étrangère qualifiée.
Attraktiver Arbeitsmarkt
© Gorodenkoff/stock.adobe.com

Début 2020, le marché allemand du travail atteignait presque le plein emploi. Au premier trimestre 2020, il y avait plus d’actifs que jamais avec 45 millions de personnes ayant un emploi. Mais, pendant la crise du coronavirus, le nombre de chômeurs a augmenté de 637.000 par rapport à l’année précédente pour atteindre 2,8 millions ; le nombre de salariés au chômage partiel est passé, lui, à plus de 6,8 millions (en avril). Si une seconde vague d’épidémie est évitée, les économistes estiment que la performance économique du pays connaîtra un développement en V et le marché de l’emploi un prompt redressement. Le recours au chômage partiel a déjà fait ses preuves lors de la crise économique et financière de 2008-2009. Il permet aux entreprises de mettre provisoirement leurs salariés à un chômage partiel financé par l’Etat en cas de perte de journées de travail. Cela évite les licenciements et facilite la reprise.

Pour créer un marché de l’emploi transparent, juste et moderne, le gouvernement ­fédéral a mis en œuvre nombre de projets portant sur le marché du travail. Le salaire minimum légal est par exemple entré en vigueur début 2015. Un quota de femmes doit conduire à une présence égale des deux sexes aux postes de direction. Les entreprises cotées en Bourse et soumises à la cogestion doivent avoir depuis 2016 un quota de femmes de 30 % dans leurs conseils de ­surveillance. La loi sur l’homogénéité des conventions ­collectives garantit que ne s’appliquent pas des conventions collectives différentes pour des tâches similaires au sein de l’entreprise. Et quiconque a cotisé pendant plus de 45 ans à la caisse de retraite obligatoire peut partir à la retraite avec une pension complète à 63 ans révolus depuis le 1er juillet 2014.

Des opportunités de carrière intéressantes pour la main d’œuvre étrangère qualifiée

Face aux mutations démographiques, garantir l’existence d’une main d’œuvre qualifiée est l’une des tâches les plus pressantes du gouvernement fédéral Gouvernement fédéral Le chancelier et les ministres fédéraux forment le gouvernement fédéral, le « cabinet ». Outre la compétence du chancelier en matière d’orientations politiques, on applique le principe du portefeuille selon lequel les ministres gèrent leur administration de manière autonome dans le cadre de ces… Pour en savoir plus › .

Pour cela, la loi sur l’ immigration Immigration L’Allemagne fut dès le XIXe siècle la destination d’un grand nombre de migrants et est devenue depuis la seconde moitié du XXe siècle le pays ayant le plus grand nombre d’immigrés en Europe. En 1950, le pourcentage d’étrangers en République fédérale d’Allemagne se situait, avec 500 000 personnes, à… Pour en savoir plus › de main d’œuvre étrangère qualifiée est entrée en vigueur au 1er mars 2020. Elle permet au personnel qualifié venant de pays non-membres de l’Union européenne L’Union européenne En 1957, l’Allemagne faisait partie des six pays fondateurs de l’UE actuelle. Celle-ci se compose de 28 membres depuis 2013 et l’euro est la monnaie officielle de 19 pays. En raison de sa taille et de ses performances économiques, la contribution de l’Allemagne au budget européen se situe à quelque… Pour en savoir plus › d’accéder plus aisément au marché de l’emploi allemand. Cette mesure était devenue nécessaire car un nombre croissant d’entreprises ne pouvaient pourvoir des postes bien rémunérés offrant d’excellentes perspectives professionnelles, qu’elles recherchent des artisans ou des ingénieurs. Jusqu’alors, seule la main d’œuvre étrangère ayant une formation universitaire pouvait librement accéder au marché de l’emploi allemand. Cela est maintenant possible pour le personnel ayant une qualification professionnelle acquise à l’étranger, la condition étant que leur qualification soit reconnue par les organismes compétents.

Lorsque le personnel étranger peut assurer ses frais de subsistance et que ses connaissances en allemand sont suffisantes pour le poste recherché, il peut entrer sur le territoire allemand pour chercher un emploi. Il obtient un permis de séjour et peut travailler jusqu’à dix heures par semaine à titre d’essai.

Un régime similaire existe désormais pour les postulants et les postulantes à un poste de formation. Jusque-là, seuls les candidats aux études supérieures pouvaient entrer sur le territoire pour chercher une place d’études. Désormais, les jeunes intéressés par une formation professionnelle peuvent aussi le faire. Les conditions mises sont la connaissance de l’allemand, un diplôme d’une École allemande à l’étranger ou un diplôme scolaire donnant accès aux études supérieures, un âge maximum de 25 ans et assurer soi-même ses frais de subsistance.